Augmentation mammaire en Tunisie

Technique

Le principe de l’intervention d’augmentation mammaire en Tunisie est d’insérer une prothèse en gel de silicone et de faire en sorte que celle-ci soit couverte au maximum par les tissus naturels pour la « cacher ». Chez les patientes minces, l’implant mammaire sera insérée souvent derrière le muscle grand pectoral. Pour les autres, la prothèse sera mise derrière la glande. Chaque cas reste particulier et sera discuté avec le plasticien. La prothèse peut être mise en place par voie sous mammaire, c’est-à-dire par une incision située dans le sillon du sein (zone de jonction du sein sur la paroi thoracique) ou par une incision en demi cercle autour du mamelon. Cette option est la meilleure esthétiquement parlant mais peut altérer le potentiel d’allaitement.

Dans tous les cas, les cicatrices sont évolutives et restent en général discrètes à distance de l’intervention. Des conseils très précis sont donnés pour minimiser l’aspect de la cicatrice. Le choix des cicatrices est fonction de chaque cas particulier et est expliqué pendant la consultation préopératoire.

Hospitalisation

L’hospitalisation en Tunisie pour une intervention d’augmentation mammaire est normalement d’une nuitée.

Anesthésie

Le patient est opéré sous anesthésie générale.

Risques

L’augmentation mammaire est une intervention notoirement fiable et très sûre. Cependant, on peut avoir à gérer certaines complications dont l’issue est toujours favorable.

  • L’hématome consiste en une reprise d’un saignement après l’intervention et nécessite souvent un retour au bloc opératoire pour évacuation, recherche et arrêt du saignement en cause. Le traitement de l’hématome se fait sous anesthésie générale et dure 20 minutes en moyenne. Cet incident est toujours bénin quand il est pris en charge précocement, c’est pourquoi les patientes sont vues très souvent au cours des premières heures après l’intervention. Il n’y a aucune répercussion sur le résultat final.
  • La contraction capsulaire est un phénomène encore mal élucidé dans ses mécanismes. Il s’agit de la formation d’une enveloppe de consistance variable autour de la prothèse. Cette capsule peut être très bien tolérée mais dans de rares cas peut entraîner une déformation du sein et peut nécessiter le remplacement de la prothèse et l’extraction de la capsule. L’utilisation de prothèses texturées et la mobilisation précoce des prothèses a rendu la contraction capsulaire très rare .

Suites opératoires

Les suites opératoires sont régulièrement marquées par des douleurs qui s’estompent au bout de huit à dix jours. Au bout de deux à trois mois les tissus sont suffisamment détendus et l’odème post opératoire associé à la cicatrisation permet de voir la qualité du résultat qui est longtemps stable.

Changement de prothèses

Le changement de prothèse est souvent envisageable au bout de dix à quinze ans d’évolution, sauf problème plus précoce. Il faudra donc procéder, suivant la morphologie de la forme de la patiente, par un ré-enroulement cutanéo-glandulaire.

Pour conclure, cette intervention permet des modifications de la silhouette très significative avec un résultat rapide et une satisfaction importante.simony diamondswedish teens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *